Articles

Le Journal d'Alain Dumait » Archive pouroctobre 2008

Sauver la France plutôt que les banques !

Vous n’êtes peut-être pas encore tout à fait au point concernant les CDS, les CDO, les ABS, les ABX, les CLN, les SPV, et autres acronymes anglosaxons, ainsi que leurs variantes, désignant toutes sortes de produits financiers qui, apparemment, plombent toujours le bilan des banques et des compagnies d’assurances. Vous avez certainement tort puisque le volume des seuls CDS, plus ou moins toxiques, s’élèvent a quelque 63 000 milliards de dollars soit 10 fois le PIB mondial ! (et beaucoup plus que toute la capitalisation mondiale de l’ensemble des actions et obligations cotées, au cours actuels…) De quoi paniquer… Mais vous êtes excusables parce que les dirigeants des établissements concernés eux-mêmes ne savent toujours pas très bien ce qu’il y a dans leurs bilans… Si bien que les pertes et provisions qui … Lire tout l'article »

Classé dans : France, Monde

Ce qu’un gouvernement sérieux ferait…

Nous sommes en récession. C’est officiel. Les revenus des Français vont donc baisser, le chômage va augmenter, les entreprises vont réduire leurs investissements. La croissance est derrière nous. Tout le monde est d’ors et déjà plus pauvre (même ceux qui n’avaient rien en bourse…). Le bout du tunnel n’est pas à horizon prévisible. Tels sont les faits, au-delà des débats – d’ailleurs passionnants, que nous souhaitons nous-mêmes alimenter – qui s’imposent à tout observateur, même non économiste. Immédiatement, ménages et sociétés s’organisent pour faire des économies et se constituer des réserves, pour passer cette épreuve. C’est le bon sens. Ils réduisent leurs dépenses, suppriment ce qui est possible et sursoient au superflu. En attendant des jours meilleurs. A entendre le gouvernement, il conviendrait que l’Etat fasse exactement l’inverse et ne cherche surtout … Lire tout l'article »

Classé dans : France

Non au monopole d’émission de la monnaie !

Contre toute évidence, Nicolas Sarkozy, comme tous les autres étatistes, impute la responsabilité de la crise à une insuffisance de la régulation par les États et les organismes internationaux.   En toute logique, il propose donc un plus strict encadrement des opérations financières et un renforcement de la coopération internationale. On n’est pas loin de l’idée d’un gouvernement économique mondial. Pourtant, un tel projet serait aussi funeste qu’il l’était à la fin du xviiie siècle, quand Emmanuel Kant rédigeait son projet de « traité de paix perpétuelle » et évoquait les risques despotiques d’un pouvoir universel…   Depuis 250 ans, pour l’essentiel, tout l’acquis de la science économique tient en un seul mot « concurrence ». D’ailleurs, à de rares exceptions près, chacun en convient, même les ennemis de la liberté, ceux-ci voulant juste, … Lire tout l'article »

Classé dans : France, Monde

Les véritables origines du krach financier du siècle

On nous serine que la crise que nous connaissons est de la faute à la déréglementation, à l’ultra-libéralisme et au capitalisme débridé… Mais c’est le plus gros des mensonges proféré en ce moment par la classe parlante ! Dans le même temps, chacun reconnaît pourtant que l’élément déclencheur a été cette affaire de crédits « subprime » (traduction française : « sous-excellents », euphémisme qui désormais voudra dire « pourris »…)   Ces « subprime », crédits à taux variables et progressifs – d’abord en dessous du prix du marché, les deux premières années, puis ensuite de plus en plus chers, et sur l’ensemble de la période du prêt, d’un taux moyen plus élevé d’environ 2 % que le taux du marché – ont été accordés aux familles à faibles ressources, appartenant … Lire tout l'article »

Classé dans : France, Monde

Crise mondiale 2008 : il faut réhabiliter l’épargne !

Le système bancaire mondial vacille. Cela a commencé en février 2007, avec la faillite de New Century Financial. Cela a continué avec les banques hypothécaires (Freddie Mac et Fannie Mae…), puis les banques d’investissement américaines… À l’origine de ce séisme : le retournement des prix sur le marché de l’immobilier. On a alors pris conscience que plusieurs millions de prêts avaient été accordés à des emprunteurs dont la solvabilité ne reposait que sur une éventuelle poursuite de la hausse des prix. Ce sont les fameux « subprimes », accordés à des emprunteurs présentant de faibles garanties. On a surtout découvert que ces crédits douteux avaient été mis dans des fonds, puis titrisés et placés sur le marché financier à des centaines et sans doute des milliers d’établissements. Et de façon si peu transparente … Lire tout l'article »

Classé dans : France