Articles

Le Journal d'Alain Dumait » France » Sarkozy : du centre droit au centre gauche.

Sarkozy : du centre droit au centre gauche.

ec11a31b75a6ceb385636b275c1a08e1Nicolas Sarkozy a raison de dire qu’il a été élu pour cinq ans et qu’il ne sera jugé qu’en 2012. Mais il a tort de croire qu’il fera davantage dans les trois ans qui lui restent que dans les deux années qui viennent de s’écouler.

En effet, dans notre système politique et social, la légitimité démocratique, passés les cent premiers jours, est rapidement contestée par les défenseurs du statu quo et des avantages acquis. Le président peut bien disposer d’une large majorité absolue à l’Assemblée Nationale, il ne peut agir qu’avec l’aval des potentats qui campent sur leurs positions stratégiques et qui menacent d’en appeler au blocage et à la rue, avec les menaces de désordres qui en découlent, à la moindre réforme.

Bref – et on le voit bien avec la réforme en cours très contestée des universités – la marge de manœuvre du pouvoir politique est des plus réduites, à partir du moment où elle doit s’inscrire à l’intérieur de ce qui est tenu pour acceptable, par des adversaires politiques résolus.

Là se trouve d’ailleurs, à mes yeux, l’erreur majeure du chef de l’Etat : il a pensé qu’il saurait « baratiner » nos grands chefs syndicalistes et même qu’il n’en ferait qu’une bouchée… En vérité, ils ont accepté la familiarité, le tutoiement, et les invitations à déjeuner, mais ils sont restés scrupuleusement dans leur rôle. Alors que Nicolas Sarkozy ne s’estimait lié à rien ni personne. On a vite compris qu’il ne serait pas notre Margaret Thatcher !… Or, il faudra bien, un jour, affronter de front les forces du blocage social, autoproclamées « populaires » et « de progrès ». Que les appareils syndicaux puissent bloquer les transports publics, rationner l’énergie, paralyser l’éducation et installer le désordre dans la rue, pour s’opposer à un gouvernement disposant d’une majorité légitime sera toujours un scandale institutionnel.

On ne peut pas reprocher au président de la République d’être allé, pour l’emporter, pêcher les voix du Front National. Mais la logique aurait voulu qu’il s’appuie sur cette majorité de droite pour faire une politique de droite. En faisant l’inverse, avec son ouverture à gauche, il a pris un grand risque. Sauf à pouvoir se prévaloir de résultats tangibles incontestables.

Les quelques bonnes réformes mises en œuvre, pour intéressantes qu’elles soient, ne sont pas de nature à rompre avec le fiscalisme à la française. Le paquet fiscal avec un plafond à 50% (ou presque) pour la fiscalité des personnes assujetties à l’ISF, la possibilité d’investir dans des PME en réduction de l’ISF, la possibilité donnée aux employeurs de négocier le départ de leurs collaborateurs, ou encore le statut de l’auto-entrepreneur sont quatre réformes sans doute positives. Mais noyées dans une diarrhée, évaluée à quelque 1181 chantiers par l’Institut Thomas More !

Et puis il y a eu la crise économique mondiale. En septembre 2008, quand le Trésor américain lâche Lehman Brothers, Nicolas Sarkozy est aussi le président de l’Union Européenne. Il est de ceux qui prennent la décision de sauver toutes les banques, en commençant par Dexia et Fortis, en continuant pas BNP-Paribas et la Société Générale. Ses conseillers – en tête desquels, semble-t-il, Michel Pébereau – le convainquent que seule une politique keynésienne est possible : on fera baisser les taux d’intérêt, et on laissera filer les déficits, pour limiter la chute de la production et l’affaiblissement de la consommation. Et l’on remboursera les dettes avec la croissance à venir. Et tant pis si, pour contrecarrer la déflation, on fait ensuite un peu d’inflation…

Pour classique que soit cette politique, elle n’en est pas moins risquée, car elle suppose un retour à la croissance. Pourtant, au mieux, en 2010, les conjoncturistes ne voient qu’une stabilisation… Et, à tout moment, dans un contexte de défiance monétaire, la moindre inflation peut se transformer en hyper-inflation, non-maitrisable, le facteur déclanchant étant le retournement de la politique de baisse des taux des banques centrales.Or, quand les taux sont à Zéro (1% pour la BCE), il n’est pas besoin d’être un grand économiste pour deviner qu’un jour ou l’autre ils remonteront….

Comme Madame Lagarde le serine aux consommateurs, « un crédit doit être remboursé ». S’agissant de la dette de l’Etat, si ce n’est ni la croissance, ni l’inflation qui s’en charge, il faudra bien augmenter massivement les impôts.

Le Président de la République a dit et répété qu’il s’interdisait de le faire au titre du budget 2010. Espérons pour lui, et pour la droite, qu’il ne soit pas contraint de le faire un an plus tard, année précédant la fin de son actuel mandat… La perspective d’une victoire d’un candidat de la gauche, quel qu’il soit, constituant un repoussoir absolu !…

La citation du jour : « Il y a deux vérités qu’il ne faut jamais séparer en ce monde : que la souveraineté réside dans le peuple ; que le peuple ne doit jamais l’exercer » Antoine de Rivarol).

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : France · Tags:

3 réponses pour "Sarkozy : du centre droit au centre gauche."

  1. BALLAND dit :

    Il est en effet bien dommage que le nouveau Président ait consacré l’essentiel des fameux « cent jours » à régler ses problêmes de couple.

  2. Gilbert Gendre dit :

    Contrairement à Margaret Thatcher,le premier souci de Nicolas Sarkosy est de durer et de se faire élire au prochain quinquennat.
    Le remède pour remonter la pente est connu de tous à droite: réduire les dépenses. Chacun sait que pour réduire les dépenses il faut se heurter aux différentes citadelles de la gauche. Margaret Thatcher en a eu le courage, Nicolas Sarkosy ne l’aura pas au cours de ce quinquennat, pas plus qu’il ne l’aura au prochain, s’il est élu une deuxième fois.
    Comme elle en a généralement l’habitude,la France a pris comme président un incapable, plus préoccupé de ses intérêts que de ceux de son pays.
    La droite serait bien inspirée de rechercher dès maintenant une personnalité capable de redresser le pays. Ils y en a, mais quel qu’il soit, pour s’imposer il aura besoin du soutien de la droite.

  3. JPL dit :

    Inutile de parler de l’ISF et de son cortège de règles stupides et complexes engendrées par ce racket fiscal. Puisque le but du jeu, in fine, est de prélever 50% des revenus des français il suffit dès lors de supprimer le bouclier fiscal, de supprimer tous ces investissements tordus dont vous perdrez probablement la mise dans la majorité des cas, de supprimer totalement l’ISF et de mettre la dernière tranche de l’impôt à 50%. « Please make it simple ! ». Certainement impossible en France…!
    Maintenant on peut discuter, question que nos marxistes trouvent indécente : « Est-il légitime de se voir confisqué 50% de ses revenus ? ». Il est drôle de constater que peu de nos hommes politiques se pose cette question. Il est également vrai qu’ils ne sont pas concernés par les impôts au même titre que les citoyens ordinaires… Ils y échappent le plus souvent, bénéficiant de règles et avantages spécifiques propres à leur statut…

Laissez une réponse