Articles

Le Journal d'Alain Dumait » France » Quand l’étatisme prospère, à l’ombre du libéralisme…

Quand l’étatisme prospère, à l’ombre du libéralisme…

Diriez-vous d’un pays dont le nombre des fonctionnaires augmente deux fois plus vite que sa population, et où la part de l’emploi public dans l’emploi en général augmente également sans discontinuer sur la période 1980-2008, qu’il penche plut vers l’étatisme ou vers le libéralisme ?

Vous savez que Contribuables Associés, ainsi que notre journal, Le Cri du Contribuable, sont souvent considérés comme des suppôts de « l’ultralibéralisme ». Alors qu’en vérité, le message que nous diffusons depuis 20 ans est le plus modéré qui se puisse imaginer : il convient de limiter les dépenses publiques, afin de supprimer les déficits, réduire les impôts et les dettes.

Et comme les dépenses de fonctionnaires, incluant le coût de leurs retraites, ont plus que doublé sur la période, représentant désormais 47,5% des dépenses nettes de l’Etat, et 15,5% du produit intérieur brut, il convient de prendre des mesures énergiques. Et non pas cosmétiques, comme le non-renouvellement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, dont les effets sont dérisoires, mais donnent, à tort, l’illusion d’une action énergique.

Ces mesures énergiques doivent forcément remettre en cause le statut et les missions. C’est ce qu’on attend des parlementaires.

Car l’administration ne se réformera pas par elle-même. Savez-vous, par exemple, qu’au plus haut niveau la police nationale soutient que le développement des polices municipales et des sociétés privées de surveillance et de gardiennage, loin de leur retirer du travail leur en rajoute plutôt ? On croit rêver…

Ce court édito n’est rien d’autre qu’un bref résumé du dernier rapport de la Cour des comptes http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/Rapport-effectifs-JO.pdf sur « les effectifs de l’Etat (1980-2008) », présenté par un ultra-libéral bien connu nommé Philippe Seguin !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : France · Tags:

Laissez une réponse