Articles

Le Journal d'Alain Dumait » Monde » Reconstruire Haïti. Le bon exemple … irakien…

Reconstruire Haïti. Le bon exemple … irakien…

Il n’y aura plus d’autres rescapés de la catastrophe qui a frappé Haïti le mardi 12 janvier 2010 à 16 h 53  (22 h 53 à Paris). Et il faudra encore plusieurs semaines pour que le nombre des victimes, des blessés et des sans-abri puisse être donné avec une certaine précision.

En tout cas, ce pays très pauvre de 8,5 millions d’habitants ne pourra pas se reconstruire sans une aide internationale importante. On parle d’une somme nécessaire comprise entre 10 et 15 milliards de dollars (soit 1000 euros par habitant…).

Un tel effort est certainement possible et à la portée de la communauté internationale.

Mais, comme ce pays est aussi l’un des plus corrompus du monde, son sous-développement n’étant que l’autre face de l’absence de tout état de droit, il est certain que toute aide internationale sera pour l’essentiel détourné et n’atteindra ni les populations visées, ni les objectifs déterminés. Et l’on ne sache pas qu’un tremblement de terre aurait la vertu miraculeuse de faire naître, comme par miracle, un état de droit digne de ce nom.

Sans doute, cette absente de règles sociales efficaces, seul fondement du développement économique, renvoie à l’histoire de ce pays, dont les habitants, tous issus du système colonial – d’ailleurs prospère, à cet endroit – ont toujours associé, depuis la fin du XVIIIe siècle, la liberté et la violence.

(Imaginons ce que serait notre culture si l’histoire de France avait commencé avec notre sanglante Révolution française, sans les 2000 années précédentes…)

Ce qui ne veut pas dire que l’homme haïtien ne puisse pas se sortir de ce cercle infernal. Et en vérité il le fait et il le prouve, tous les jours, en particulier au sein des communautés qui se sont constitué hors de l’île, à New York, Montréal ou Paris.

Par ailleurs, la diversité des cultures des pays qui ont fait le choix du développement économique et du progrès matériel (Japon, Chine, Inde, Chili…) démontre, s’il en était besoin, que les recettes de celui-ci sont librement à la disposition de tous les peuples. Elles peuvent être copiées ou adaptées. Aucun pays au monde n’est voué, par le destin, à la pauvreté.

Comment donc instaurer un état de droit constitutionnel et réel à Haïti ? C’est-à-dire, concrètement, établir des institutions permettant d’assurer la sécurité des biens, des personnes et des contrats ; la liberté d’entreprendre ; et le respect des droits de propriété.

Il ne faut surtout pas confier cette mission à l’ONU, qui a démontré qu’elle n’était en rien concernée, où que ce soit, par l’établissement de tels fondements éthiques.

Cette tache relève plutôt d’une coopération d’un genre nouveau.

Le bénéficiaire doit être le peuple haïtien. Et non pas les corps intermédiaires parasites.

L’opérateur coopérant ne peut être qu’une coalition de pays, emmenée par les Etats-Unis. Avec un mandat – comportant, ça serait mieux, l’aval de l’ONU – de longue durée (au moins dix ans).

Le financement ne peut-être que volontaire et international.

On dira qu’un tel dispositif ressemble un peu/beaucoup à la « troisième guerre d’Irak », engagée depuis le 20 mars 2003.

Mais justement : qui ne doute que sans Al Qaïda, l’Irak serait déjà reconstruit ? Qui peut nier que, malgré tout, l’Irak est un peu plus démocratique aujourd’hui et un peu moins belliciste ?

Quand on a pu dépenser 1 000 milliards de dollars en Irak, Ne peut-on pas en consacrer cinquante ou 100 fois moins pour une mission de paix ?

Profitons donc du fait qu’Al Qaïda n’est pas encore installé à Haïti. Avec les 10 000 hommes déjà déployés sur place (des Américains pour 95%), faisons la chasse aux chefs de bande locaux. Envoyons des juristes et des juges. Faisons de cette île un paradis fiscal sur et stable. Et Haïti retrouvera la prospérité qui fut longtemps la sienne. Qui, haïtien ou pas, voudra s’y opposer ?

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : Monde · Tags:

Une réponse pour "Reconstruire Haïti. Le bon exemple … irakien…"

  1. MARYNUS dit :

    Tout celà sera du temps et de l’argent perdu (pas pour tout le monde comme d’hab). une remarque, Haiti compte quelques 8 millions d’habitants + env 1,6 d’expatriés , le bon vieux Larousse donne en 1970 env 5 millions , pour 27500 km2 ; ramené à la France (551000 km 2) nous devrions être 160 à 190 millions ! comment espérer que ce pays puisse s’en sortir ! déjà notre pays plonge inexorablement avec 55+10 millions, en 1945 nous étions env 45

Laissez une réponse