Articles

Le Journal d'Alain Dumait » budget de l'Etat, France » Retraites. Le tabou des tabous

Retraites. Le tabou des tabous

Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP, a déclaré que, s’agissant de la négociation sur le financement des retraites, le seul tabou était au niveau du montant des pensions. Le gouvernement est prêt à discuter sur les cotisations et plus largement sur les ressources, y compris des ressources nouvelles ; sur la durée des cotisations ; mais pas sur le montant des pensions effectivement perçues. Car il se pose en protecteur de celles-ci.

Très bien. Cela veut dire qu’on va avoir à la fois un allongement de la durée des cotisations et une augmentation des prélèvements. Sans doute à titre «exceptionnel et transitoire», comme cette contribution du même nom prélevée depuis 1997 sur les salaires   versés aux cadres…

L’esprit de la retraite par répartition voudrait pourtant, au contraire, que les pensions soient en baisse quand les ressources le sont. Et que la durée de cotisation soit indexée sur la durée de l’espérance de vie après la cessation d’activité.

De toutes façons, comme il sera de plus en plus difficile à un salarié d’aligner le nombre de trimestres requis pour obtenir une pleine pension, dans les faits, le tabou évoqué par M. Bertrand risque fort de sauter.

On remarquera surtout que l’alternative à la retraite par répartition, à savoir la retraite par capitalisation, qui rend aux individus la responsabilité, totale ou partielle, du financement de leurs vieux jours, n’est même pas évoquée. Ce serait contraire, selon le Président de la République comme son Premier Ministre au «socle républicain»… C’est en vérité le tabou des tabous !

Espérons que jamais une période d’inflation ne vienne dévaloriser ces pseudo droits à pensions, payés par une génération au profit d’une autre…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : budget de l'Etat, France · Tags:

Laissez une réponse