Articles

Le Journal d'Alain Dumait » A la une, budget de l'Etat, France, Monde » Les cigales et les fourmis

Les cigales et les fourmis

Le débat qui oppose actuellement les responsables politiques et économiques du monde entier concerne à la fois les finances publiques et la politique monétaire.

Certains veulent davantage de rigueur, aussi bien pour assainir les finances publiques que pour réduire les facilités monétaires. D’autres sont au contraire partisans de continuer à accroître les déficits publics et à ouvrir les vannes de la création monétaire et du crédit.

Dans le second camp vous trouvez la plupart des gouvernements, en tête desquels celui des Etats-Unis. Et le plus grand nombre des économistes.

Dans le premier il y a quelques pays – comme le Canada, l’Australie, la Pologne, l’Allemagne et certains pays émergents. Très peu d’économistes.

La position de la France se situe entre celle de l’Allemagne et des Etats-Unis, penchant plutôt vers les seconds.

Quand on interroge les opinions publiques, elles sont massivement du coté de la rigueur, c’est à dire du coté de la réduction des dépenses et d’une distribution du crédit raisonnable et responsable.

C’est en particulier l’opinion des contribuables.

L’efficacité des politiques économiques laxistes restent à démontrer. Le cas du Japon, qui est en stagnation depuis 20 ans, tendrait plutôt à montrer que la relance par le budget ou par la création monétaire est inopérante. Tandis que l’Allemagne, notre puissant voisin, apporte sous nos yeux la preuve que rigueur peut rimer avec croissance.

Finalement les principes de la bonne gestion économique relèvent du bon sens : l’équilibre des comptes vaut mieux que le déficit ; la concurrence est plus efficace que le monopole ; comme tout a un prix, que quelqu’un paye, l’Etat providence doit être limité.

Mieux vaut être comme la fourmi qui épargne que comme la cigale emprunteuse…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : A la une, budget de l'Etat, France, Monde · Tags:

Laissez une réponse