Articles

Le Journal d'Alain Dumait » Monde » Réponse à Charles Gave

Réponse à Charles Gave

Objet : Votre édito dans La Tribune du 1er-12-2010.

Cher monsieur,

Je me prévaux d’être un de vos lecteurs et d’avoir en commun avec vous un grand nombre d’amis…

Vous êtes hostile au retour de l’étalon-or, que vous qualifiez de « pire des systèmes de taux de change fixes ».
C’est un point de vue.
Je ne suis pas sur qu’il soit corroboré par  l’histoire des faits économiques du XIXème siècle (jusqu’en 1914). Mais passons…
Vous considérez que les changes flottants représentent la « démocratie » et l’étalon-or la « tyrannie ». Encore que l’or, et sa disciplie, « puisse forcer tyrans et démagogues à changer de politique », dites-vous…
Je me permets d’attirer votre attention sur un point, qui en première analyse n’a rien à voir avec la macro-économie, et qui relève plutôt des droits individuels. J’ajoute qu’en bon libéral, certes libertarien, j’ai tendance à préférer les solutions respectueuses de mes droits naturels…
Pour quelle raison m’empêche-t-on  (par des taxes spécifiques) d’investir mon épargne en or ? Pour quelle raison m’interdit-on de passer des contrats ayant le prix de l’or comme référence ?
Sans doute parce que si de telles brèches étaient ouvertes, le système actuel des monnaies de papier sans référence à l’or s’écroulerait, de la même facon que le mur de Berlin s’est écroulé. Je crois d’ailleurs que ce système, comme toutes les pyramides de Ponzi, va d’ailleurs s’écrouler. Qu’il s’écroulera sous l’effet de cette brèche-là. Et que cela va se produire, au rythme où vont les choses, avant la fin de l’an prochain…
En tout cas vous aurez du mal à me convaincre qu’un système qui m’interdit, par la force, de mettre mon argent en équivalent-or est un régime de liberté, tandis que celui qui me l’autoriserait serait un régime de tyrannie.
Bien à vous. Et Bravo pour tous vos livres !
Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : Monde · Tags:

Une réponse pour "Réponse à Charles Gave"

  1. […] Réponse à Charles Gave | Le Journal d’Alain Dumait, chez Alain Dumait […]

Laissez une réponse