Articles

Le Journal d'Alain Dumait » France » L’Amin Dada du Languedoc Roussillon.

L’Amin Dada du Languedoc Roussillon.

Depuis le 15 décembre 2010, un drôle de film est sur les écrans de cinéma : «Le Président», du réalisateur Yves Jeuland.

98 minutes (après six mois de montage) consacrées à la campagne 2009-2010 pour les élections régionales en Languedoc Roussillon.

Avec en vedette Georges Frèche, 71 ans au moment du tournage, truculent politicien socialiste issu de l’activisme d’un groupuscule maoïste avant d’adhérer à la SFIO.

Ce documentaire, et c’est ce qui fait sa rareté – a été tourné en toute liberté, sans intervention du principal intéressé, lequel, sûr de son bagou, considérait sans doute que ces images ne pouvaient que renforcer sa domination sur la vie politique régionale.

On assiste, médusé et terrifié, à la jubilation que lui procure l’exercice de ce pouvoir, toujours entouré d’une escouade de conseillers, chargés de mission, chauffeurs et serviteurs. On pense à Idi Amin Dada, et au film documentaire de Barbet Shroeder (1974)…

Ce saisissement résulte sans doute de l’absence voulue de toute voix-off, de toute narration, hors les dialogues saisis tels quels.

On aurait seulement aimé qu’il soit rappelé que de tels potentats (il y a 26 régions actuellement, y compris la Corse, la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane…) ne vivent évidemment que de l’argent public. Et que le budget de la région Languedoc Roussillon est passé de 0 en 1985 à plus d’un milliard d’euros aujourd’hui.

Georges Frèche se voulait un grand bâtisseur. Son prédécesseur Jacques Blanc l’était tout autant et lui a laissé en 2004 un hôtel de région monumental construit par Ricardo Bofill.

Le 24 octobre 2010, une crise cardiaque mettait fin au spectacle «in vivo». Il disait se préparer à être candidat à la primaire socialiste…

Fiche IMDB : http://www.imdb.fr/title/tt1790762/

Fiche Allo Ciné : http://www.allocine.fr/recherche/?q=le+président

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : France · Tags:

Laissez une réponse