Articles

Le Journal d'Alain Dumait » A la une, France » Les responsabilités nouvelles du Front National

Les responsabilités nouvelles du Front National

Un sondage est une photographie de l’opinion à un instant donné. Ce qu’il voit aujourd’hui ne présume pas de ce qu’il verra demain.

Actuellement, le Front National, et son nouveau leader Marine Le Pen, 42 ans, recueillent entre 20 et 25% des intentions de vote des électeurs français. C’est à dire sensiblement plus que ce parti n’en a jamais enregistré.

On se doute que les raisons de cette étonnante progression sont nombreuses, du rejet de Nicolas Sarkozy, 57 ans, par la moitié des électeurs UMP de 2007, à la partie de cache-cache à laquelle se livrent les candidats potentiels socialistes, en tête desquels Dominique Strauss-Kahn, qui aura 62 ans le mois prochain.

Dans l’entourage de Marine, on attribue beaucoup d’importance au «positionnement». Plus moderne, plus jeune, plus ouvriériste, plutôt islamophobe qu’anti-immigrationniste, plus étatiste et moins libéral, plus proche de la communauté juive. Avec des constantes importantes : sur l’Europe, l’Euro, l’atlantisme.

Tout donne à penser que le FN  va  encore monter dans les sondages. Car le succès vole vers le succès. Et l’on aura aussi remarqué que l’ostracisme dont cette formation était l’objet dans tous les médias se lézarde à toute vitesse. Ce qui est la preuve par neuf qu’il pêche aussi  bien à droite qu’à gauche, y compris à l’extrême gauche.

Dans l’état actuel des choses, avec le mode de scrutin débile qui préside à l’élection présidentielle, Marine à toutes les chances d’éliminer le 22 avril 2012, soit le candidat de l’UMP, soit le candidat du PS. Et plutôt celui de l’UMP que celui du PS…

Cependant il faut bien voir qu’en passant d’un étiage de 10-15% à un autre de 20-25%, le vote en faveur du FN change de nature. Dans l’esprit de ses électeurs il passe d’un parti d’opposition à un parti de gouvernement. Ce qui suppose un «positionnement» sans doute différent.

Partout en Europe la «droite  nationale» a le vent en poupe.

Prenons l’exemple de l’UDC (Union démocratique du Centre), en Suisse, qui, à neuf mois des élections générales fédérales est crédité de 30% des intentions de vote. Son «positionnement» est souvent comparé  à celui du FN. Même défense de l’identité nationale, même scepticisme européen. Mais une défense plus affirmée des valeurs traditionnelles (sur la famille) et surtout, un programme économique résolument libéral et pro-capitaliste (sous l’impulsion de Christoph Blocher)

Pour l’instant, le FN a une posture résolument anti-capitaliste.

Or, pour progresser entre les 2 tours de l’élection présidentielle, il doit convaincre les Français qu’avec lui le pays retrouvera le chemin de la croissance.

C’est possible à 2 conditions : présenter un programme résolument favorable au développement des PME, seul réservoir d’emplois durables et de création de richesses, et susceptible de remettre d’aplomb rapidement les finances publiques.

Pour ce faire, le FN doit faire des propositions précises pour réduire les dépenses de l’Etat  et de l’ensemble de la sphère publique.

Un tel objectif est impossible à atteindre sans une remise en cause radicale du statut des personnels de cette sphère (sept millions de personnes) ! Dont les salaires, charges et pensions représentent 60% de ces dépenses publiques.

Et, puisqu’il s’agit de gagner les élections, pour ensuite gouverner efficacement, il faut dire avant ce qu’on fera, et de telle manière que la majorité des personnes concernées puissent y adhérer.

C’est possible. Plusieurs pays – dont la Suisse – l’ont déjà fait.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : A la une, France · Tags:

Une réponse pour "Les responsabilités nouvelles du Front National"

  1. Douplitzky dit :

    Bonjour,
    Si le Front National veut réellement arriver au pouvoir, ce qui lui est possible aujourd’hui compte tenu de tous les mécontentements existants, elle devrait, à mon sens,mettre la pédale douce sur l’Europe ( ne pas vouloir tout casser mais proposer des amendements progressifs car c’est un sujet qui demande beaucoup de réflexion) et surtout présenter un programme économique crédible plus libéral que totalitaire. L’anticapitalisme ferait du Front National un troisième parti de gauche dont la France n’a vraiment pas besoin. Elle devrait montrer que le problème français ne se situe plus (au moins provisoirement) entre les riches et les pauvres mais entre la sphère publique et la sphère privée (que la sphère publique exploite éhontément tout en étant de moins en moins productive).
    En fait il est difficile de savoir ce que cache le nationalisme de Marine Le Pen ! C’est dommage !
    Il est temps qu’elle dépasse les problèmes d’immigration et d’islamisation rampante, bien réels, pour dire ce qu’elle aimerait faire pour tous les Français si elle venait au pouvoir.
    cordialement
    Douplitzky

Laissez une réponse