Articles

Le Journal d'Alain Dumait » A la une, France, Monde » Ne confondez pas capitalisme et constructivisme !

Ne confondez pas capitalisme et constructivisme !

Sous le titre «L’économie de marché est-elle morte ? », Jean d’Ormesson, dans le «Figaro» du jeudi 18 août, s’interroge: «le capitalisme est-il capable de se transformer pour survivre à la crise qu’il traverse ? »

Ayant eu le privilège d’avoir été son collaborateur au Figaro, lui directeur et moi modeste sous-chef du service économique, il me permettra j’en suis sur de lui faire quelques remarques.

Assimiler «économie de marché» et «capitalisme» est un erreur qui témoigne d’une confusion, à vrai dire vénielle.

Quand Karl Marx invente le mot, au milieu du XIXème siècle, il désigne, de façon déjà péjorative, un système social où les moyens de production appartiennent à des personnes privées.

On sait maintenant qu’il peut aussi exister des «capitalismes d’Etat».

«L’économie de marché» quant à elle désigne un type de relations entre offreurs et demandeurs et renvoie à une situation de concurrence. Elle préexistait au capitalisme, lequel peut fort bien s’abstraire des règles de la libre concurrence.

Mais ne chipotons pas. Notre académicien de 86 ans veut simplement désigner le système économique et financier occidental tel qu’il fonctionne et nous régit tous, avec ces marchés tous puissants, et ces Etats pitoyables, qui, après s’être livrés pieds et poings liés aux prêteurs apatrides, sont obligés – sans le reconnaître – de faire face aux conséquences de leur impéritie.

Jean d’O croit pouvoir qualifié ce système de «capitaliste». Mais c’est une erreur tragique ! Ce régime est celui du «constructivisme», c’est à dire d’un système qui, tout en gardant quelques apparences du «capitalisme» (caricaturés hier par les patrons du CAC 40, aujourd’hui par les «traders»), quelques facteurs de libre échange (pour les échanges internationaux de biens et de service), est principalement fondé sur des «constructions», non pas issues de l’expérience des hommes, mais sorties toutes armées de la tête de technocrates, tous au service du Prince.

Les trois piliers de cette «construction», qui sont autant de mythes, ou de mensonges, sont :

  • l’idée de des taux d’intérêt bas seraient favorables à l’activité ;
  • qu’une masse monétaire en constante expansion serait également favorable à l’activité
  • que le déficit budgétaire permet de financer durablement des besoins imaginaires (en fait d’accélerer la progression constante des dépenses publiques, au détriment des revenus légitimes).

C’est cette perversion du capitalisme qui est aujourd’hui à bout de course, et pas du tout l’économie de marché.

Loin d’être le problème, le capitalisme/économie de marché est la solution !

C’est en tout cas ce que j’eus aimé lire sous votre leste plume, cher Jean d’Ormesson.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : A la une, France, Monde · Tags:

Une réponse pour "Ne confondez pas capitalisme et constructivisme !"

  1. garnier dit :

    Comme quoi on peut être d’une intelligence rare et d’une culture prodigieuse et sortir, malgré tout, des sornettes!
    Sa culture économique est soit inexistante soit pétrie de ces fausses idées dans lesquelles nous baignons tous les jours.
    Merci à vous de rectifier les propos de cet écrivain hors pair.
    Qu’il se rassure il n’est pas le seul dans cette catégorie.

    CG

Laissez une réponse