Articles

Le Journal d'Alain Dumait » A la une, Monde » Manipulateurs, constructivistes, dirigistes de tous les pays, déposez votre bilan, et partez !

Manipulateurs, constructivistes, dirigistes de tous les pays, déposez votre bilan, et partez !

Jour ordinaire sur les marchés financiers.

Encore quelques dizaines de milliards de dollars partis en fumée. 15 000 milliards depuis trois mois. Autant que toute la dette publique américaine…

J’entends dire : «les marchés sanctionnent les divergences entre les pays européens, les politiques différentes de ce coté-ci de l’Atlantique et de l’autre coté, les atermoiements des responsables politiques»…

En effet, si l’ensemble des décideurs publics de la planète décidaient, ensemble, d’aller encore plus loin sur le terrain du faux-monnayage (facilités monétaires, manipulations des taux, mutualisation des dettes…), il est possible que les marchés «salueraient» une telle union.

Mais que penser d’une politique économique qui, pour réussir, a besoin d’être menée par tous, en même temps, comme un seul homme, sans exception ? je croyais que nous étions vaccinés contre toute forme de la vieille utopie du gouvernement du monde…

Et quand bien même cette politique laxiste serait décidée, mise en oeuvre et «saluée» par les marchés, qu’elle resterait soumise à l’impitoyable jugement de l’histoire, qui nous enseigne que toute construction politique, monopolistique et autoritaire, prétendant faire fi des règles élémentaires du bon sens et de la logique, est vouée à disparaitre.

Ainsi en sera-t-il pour le système monétaire international actuel, basé sur du papier, c’est à dire du vent.

Aucun redressement n’est possible, sur la base des règles erronées de ce système.

Quand je vois les Etats-Unis aller plus loin dans la voie des manipulations de leurs taux d’intérêt, et donc du dérèglement des repères économiques naturels, je dis que la crise va s’aggraver.

Quand je vois les dirigeants français arqueboutées sur le totem de la non-faillite de la Grèce, je dis que toute la zone euro est mise en danger, à horizon de quelques jours.

On fait peur à l’opinion en lui disant que le défaut grec serait terrible. Mais celui de toute la zone euro sera pire.

On dit que l’euro ne peut pas disparaitre. Que son remplacement est impossible…

L’histoire se charge de répondre à de telles affirmations.

On dit : la défiance envers l’euro encourage les spéculateurs !

On disait aussi que critiquer les assignats, à partir de 1791, quand ceux-ci deviennent une monnaie, c’était attaquer la Révolution. Et que c’était un crime ! Où l’on voit que tout constructivisme amène à la Terreur…

On se demande : que va-t-il se passer ?

Et personne ne peut le dire. Qui pouvait dire ce qui aller se passer après la chute du Mur de Berlin ? Même les personnes lucides qui l’avaient annoncé ne pouvaient répondre à la question…

Nous l’avons déjà dit ici-même : ce sera la fin de l’Etat-providence et de tous ses bourgeons. La catastrophe ne sera donc pas si catastrophique que ça…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : A la une, Monde · Tags:

2 réponses pour "Manipulateurs, constructivistes, dirigistes de tous les pays, déposez votre bilan, et partez !"

  1. baudouin dit :

    comme liberal je dis oui a la fin de l ‘etat providence .Commençons par organiser la solidarite a l ‘interieur des familles et n ‘utilisons la solidarite que pour les pauvres ou tres pauvres .
    La solution a nos problemes est de faire maigrir le mamouth ;privatisation de pans entiers de l ‘enseignement, annulation des credits pour la culture , privatisation de SNCF , EDF, Poste etc…
    Enfin a une epoque sans courage politique , instaurons un seul mandat pour tout le monde mais pinçez moi je reve !!!

  2. MARTOIA dit :

    La danse du twist sur le volcan

    La défiance des marchés à l’égard des décisions ou des petites phrases du duo keynésien qui régente la planète n’a jamais été aussi forte qu’à présent. Plus personne ne veut faire confiance à Ben Bernanke ou à Barrack Obama pour renouer avec une croissance saine sur le long terme. Pas plus L’opération Twist de du président de la Fed (conversion des bons du Trésor américain à court terme en bons du Trésor à long terme pour un montant de 400 milliards de dollars) que le plan d’aide en faveur de l’emploi de 447 milliards de dollars présenté par le président ne pourront arrêter la descente aux enfers. En voulant toujours venir en aide aux ménages américains qui ne peuvent rembourser leur prêt immobilier, le duo est en train de faire replonger la planète dans la récession.

    Alors que les marchés d’actions replongent, une bulle enfle dangereusement sur le marché immobilier parisien. Devrions-nous aussi aider ces ménages français imprudents quand la bulle éclatera ? La question mérite d’être posée alors que le sujet n’est même pas évoqué dans nos médias soviétiques. Comme nous l’avons toujours dit, il faut laisser à l’aléa moral jouer son rôle de purger le marché. Les néo-keynésiens ne sont que des apprentis sorciers quand ils veulent empêcher ce phénomène naturel de se produire. A vouloir toujours corriger le marché de la monnaie qui n’est après tout qu’un marché ordinaire où devraient s’équilibrer l’offre et la demande de monnaie à travers un taux d’intérêt naturel, les manipulateurs ont détruit tout espoir d’un retour à une croissance saine.

    Le vers était dans le fruit depuis 1978 avec l’adoption par le congrès américain du Humphrey-Hawkins Act qui prévoyait la quadrature du cercle en confiant à la Fed deux objectifs contradictoires : un taux de chômage et une inflation inférieure à 3%.

    Côté européen, il se pourrait que les grandes banques françaises qui recherchent désespérément des liquidités auprès des pétro monarchies du Golfe Persique après que Bernanke leur ait fermé l’accès au guichet du « primary market » soient acculées à la faillite. Il ne resterait alors pour éviter une implosion de l’euro, qu’une nationalisation partielle ou totale de ces banques par le gouvernement français ou une recapitalisation massive avec l’aide de la B.C.E tant le montant de plusieurs centaines de milliards d’euros semble hors de portée de la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf.

    Nous vivons sur un volcan qui menace à tout moment de se réveiller. Si vous avez aimé le twist dans les années soixante, c’est tout ce qu’il vous reste à faire en attendant que l’Amérique élise un candidat du Tea Party en 2012 pour remettre de l’ordre dans le système monétaire international avec un retour à l’étalon or et la suppression des banques centrales et des fractionnements des réserves des banques de dépôt.

    Les banques d’investissement pourront continuer à prêter plus qu’elles n’ont d’argent disponible dans leurs caisses. C’est leur rôle de spéculer avec un effet de levier à condition qu’elles ne le fassent point avec les dépôts des ménages comme c’est malheureusement le cas aujourd’hui. Les particuliers qui ont en l’imprudence de placer leur argent auprès de ces mastodontes financiers vont tout perdre car il est impensable que le fonds français d’assurance des banques qui est très sous-capitalisé joue effectivement son rôle. La garantie de 100 000 € est une chimère. Si vous obtenez une compensation de 1000 €, estimez-vous heureux !

    Comme disait l’inénarrable Charles Pasqua, les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Quand vous aurez enfin compris que vous êtes gouvernés par des incapables, vous élirez aussi des candidats du Tea Party en France. Il n’y pas de raison que vous soyez plus sots que les Américains.

Laissez une réponse