Articles

Le Journal d'Alain Dumait » A la une, France, Monde » L’histoire se moque des prévisions des hommes … (et surtout de celles des hommes de la sphère publique !)

L’histoire se moque des prévisions des hommes … (et surtout de celles des hommes de la sphère publique !)

Madame la ministre du budget, Valérie Pécresse, prétend que la France peut encore faire 1,75% de croissance économique pour l’année en cours. Et idem pour 2012…

Comme toujours, les faits répondront, sans discussion possible…

En vérité le courage politique consisterait à ajuster certaines prévisions, et à en informer les Français.

S’agissant des prévisions économiques, le gouvernement dispose, à l’Insee et ailleurs, de plusieurs milliers de spécialistes, payés par les contribuables, qui analysent la conjoncture, interrogent les différentes catégories d’agents, et font tourner leurs modèles.

On aimerait donc savoir sur quelles bases s’appuie Madame la ministre…

S’agissant d’autres prévisions, la transparence serait la bienvenue.

Par exemple, après la catastrophe de Fukushima, les spécialistes de la sécurité nucléaire ont refait tous leurs calculs de prévisions en matière de sécurité, en intégrant – ce qu’ils n’avaient pas encore fait – le risque d’un tsunami. La probabilité d’un accident a été multiplié par mille.

Et quand ils ont appris qu’on avait découvert dans la cache de Ben Laden au Pakistan un projet alternatif à celui des attentas du 11 septembre, qui aurait visé celui-là une centrale nucléaire, comme ce risque-là n’avait pas été pris en compte jusque là, ils ont à nouveau refait leurs calculs. Le risque d’un accident nucléaire sur une centrale existante est passé de «quasiment impossible» à «tout à fait possible». On nous le cache…

Faut-il avoir la cruauté de rappeler quelques-unes des prévisions les plus médiatisées de ces 40 dernières années ? Les prévisions du Club de Rome (1972) ? Celles de M. Herman Kahn (qui prévoyait que l’URSS dépasserait avant peu les USA…) ?

Qui se souvient que le débauché DSK annonçait en 2007 qu’il n’y aurait jamais de crise financière ? Qu’elle était derrière nous en 2008 ?

On vous dit : «L’euro vivra !». «Le dollar sera toujours le dollar !». «Les banques françaises ont les moyens de faire face à la crise !» «L’Etat-providence vous protège !». «N’ayez pas peur, nous sommes-là !»

Mais vous voyez bien qu’un monde bâti sur de la fausse monnaie, gouverné par une clique oligarchique, s’écroule, en direct.

Comme moi, peut-être, vous en êtes triste, car vous savez que vous allez souffrir. Mais en même temps vous ne pouvez vous empêcher de vous réjouir, car une fausse élite va disparaitre, en même temps que les parasites/paresseux qu’ils entretenaient, avec l’argent prélevé de force sur notre travail.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : A la une, France, Monde · Tags:

2 réponses pour "L’histoire se moque des prévisions des hommes … (et surtout de celles des hommes de la sphère publique !)"

  1. MARTOIA dit :

    il y a une propagande parce qu’il y a une demande schizophrène de la part des citoyens d’être constamment rassurés et maternés par l’Etat Providence. Quand cet Etat providence fera défaut en raison de son incapacité à emprunter sur les marchés financiers, la vérité éclatera à la figure des gens bercés dans l’illusion que notre modèle social est indépassable.

    Il y a dans l’histoire de l’humanité des tournants décisifs. Contrairement aux apparences, ce n’est pas la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 qui remet en cause notre Etat providence mais l’ouverture prudente de la Chine à l’économie de marché en 1979 par Deng Xiaoping avec la création de zones franches maritimes.

    Les Français, dans leur immense majorité, pensent qu’une gouvernance mondiale (G20, F.M.I Banque mondiale, Fed, B.C.E et consorts) règlera leurs problèmes. Une cruelle déception les attend quand les pays émergents refuseront de nous aider davantage.

  2. La Voix dit :

    Les événements
    Ma permission est en toutes choses. Ma volonté permet tout ce qui arrive, et rien n’arrive sans elle.
    #
    C’est par amour de l’humanité, des âmes que j’ai créées, que j’interviens dans l’histoire en suscitant des instruments fidèles et zélés. L’exemple le plus connu est bien sûr Jeanne d’Arc, mais il y en eut d’autres, plus anonymes parfois.
    #
    On croit pouvoir agir sans Moi ! Les faits sont là cependant pour démontrer l’absurdité d’une telle pensée. Comment pouvez-vous agir sans Moi si j’ai en main, Moi seul, les clefs de l’univers ? Les grands génies, c’est Moi qui les suscite ; de même les grands fléaux : Cyrus, Attila, les Romains, ils ne sont que mes instruments. « Je suis » et Je regarde les siècles ; les causes secondes Me demandent la permission avant d’agir, avant de se déchaîner, avant de terrasser.
    #
    Pour quelle fin j’ai suscité Napoléon ? Il était le ministre de Ma colère, pour punir l’iniquité des impies et humilier les superbes. Un impie détruit d’autres impies.
    #
    Ne comprenez-vous pas que J’entre dans le destin des peuples ? Ou bien croyez-vous que c’est à l’aveuglette qu’arrivent défaites et victoires, sans un œil régulateur qui veille de là-haut, sans une main invisible et supérieure qui freine ou dévie vos manœuvres ?
    Votre planète a-t-elle été lancée au hasard dans l’univers, n’a-t-elle pas été formée par Moi pour qu’y habitent mes fils ? Me désintéresserai-je des nations, Moi qui guide le destin des peuples ? Moi qui me suis fait Homme-Dieu pour vous ? Ne suis-Je pas libre de faire pencher la balance du côté où Je veux ?
    … Que savez-vous du motif de l’abaissement ou de l’exaltation de certaines nations ? Là encore, il y a un secret de Ma Providence : c’est afin que l’une serve à l’autre à se perfectionner et lui soit un éperon pour monter, comme il en est pour les âmes.
    #
    C’est Moi-même qui envoie les tribulations du monde, pour apprendre à l’âme que sa fin n’est pas en cette vie, que les choses terrestres sont imparfaites et périssables, que c’est Moi seul qui suis sa fin et qu’elle doit me désirer et me choisir comme tel.
    #
    Oui, tu vois ! La croix est là, sur le monde . Mais écoute bien cela , il y a deux sortes de croix :
    Celle que Je confie à ceux qui m’aiment. Il souffrent avec Moi pour continuer la Rédemption. Leur croix est souvent très lourde, mais pourtant légère, car c’est une croix d’amour.
    Et puis, il y a l’autre, celle que Je donne à mes enfants qui sont loin de Moi. Elle est aussi très lourde pour eux. Mais Je la donne pour qu’ils se souviennent de Moi et me reviennent.
    Voilà le secret des croix. Chacun porte la sienne et lui donne le sens qu’il désire, selon l’inclination de son cœur.
    ###

Laissez une réponse