Articles

Le Journal d'Alain Dumait » A la une, France » Nouvelles réflexions sur les primaires socialistes

Nouvelles réflexions sur les primaires socialistes

J’ai dit ici, le 10 octobre, pourquoi je pense que ces primaires socialistes n’ont que peu de chances de prospérer, sous la forme où elles se sont déroulées les 9 et 16 octobre 2011.

Mais, s’agissant de l’élection présidentielle du 6 mai 2012, elles vont modifier un certain nombre de choses.

  1. Le candidat François Hollande est fortement légitimé. Bien davantage que la candidate Ségolène Royal en 2007.
  2. Cette légitimation pourrait d’abord se traduire par un rééquilibrage des rapports du PS avec le Radicaux de gauche. Comment en effet justifier que l’on «donne»15 circonscriptions gagnantes à un parti dont le leader dans ces primaires a rassemblé 17 055 voix soit 0,6 % des suffrages (malgré quelques apports d’électeurs de droite non-PS…) ? La logique voudrait que PRG s’intègre dans le PS…
  3. Elle aura des conséquences sur le comportement des autres partis de gauche qui peuvent craindre davantage encore qu’avant ces primaires la prime dont va bénéficier le candidat du PS au premier tour. Surtout si, comme nous le pensons, aussi bien Sarkozy que Hollande peuvent craindre un autre «21 avril» (avec Marine Le Pen, passant devant l’un, ou les deux)…
  4. On ne peut s’empêcher de penser et de constater qu’une élection à un seul tour aurait été plus clair, aurait réduit les risques de désistement très intéressé, et … n’aurait rien changé au résultat. Plusieurs des 4 candidats éliminés à l’issue du 1er tour ont d’ailleurs déclaré qu’ils se prononçaient pour accentuer l’écart en faveur du premier. La démocratie honnête est à un seul tour. Comme aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne.
  5. Cette dernière réflexion renforce l’idée d’un scrutin majoritaire à un seul tour, aussi bien pour les présidentielles que pour les législatives ou les autres consultations. C’était l’idée du général de Gaulle en 1958. Il n’avait accepté le scrutin majoritaire à 2 tours que pour faire plaisir à un certain Guy Mollet, premier secrétaire de la SFIO, qu’il avait embarqué dans son premier gouvernement…
  6. On sait que les socialistes sont bien décidés à instaurer le scrutin proportionnel pour toutes les élections. Retour garanti au «régime des partis» de la fin de la IVème République !
  7. Pourquoi ne pas soumettre cette question du mode de scrutin (qui structure la vie politique d’un pays) à un referendum d’initiative populaire ? Seul le FN, à ce jour, par la voix de sa présidente (encore le vendredi 14/10, sur iTélé, <http://www.itele.fr/emissions/chronique/linterview-politique-de-christophe-barbier/video/15968>) s’y déclare clairement et généralement favorable. Le succès des primaires socialistes, quoique contestables, garantit que sur un tel sujet les Français sauraient se déterminer. Si François Hollande devait être élu, il dépendrait de lui que nous passions d’une «mobilisation citoyenne» un peu creuse à une démocratie directe effective.
Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : A la une, France · Tags:

Une réponse pour "Nouvelles réflexions sur les primaires socialistes"

Laissez une réponse