Articles

Le Journal d'Alain Dumait » A la une, Monde » Hommage au président Berlusconi !

Hommage au président Berlusconi !

Quand Silvio Berlusconi devient président du Conseil des ministres de l’Italie, en mai 1993, il a 57 ans.

Il a derrière lui une réussite exceptionnelle d’entrepreneur, qui en fait la première fortune de son pays.

De culture très anti-communiste, il s’engage dans la vie politique en 1993 en créant et en développant un parti de droite, Forza Italia, qui sera à la base d’une coalition qui durera 18 ans. Il sera le président du conseil à trois reprises avec à la clé un record de longévité, de 2001 à 2006.

Son oeuvre de réformes est considérable :

  • réformes des retraites (en trois temps, 1995, 1997 et 2011) avec introduction de la capitalisation et age légal porté à 67 ans ;
  • réduction du nombre des «provinces» (nos départements) et des communes ; développement du fédéralisme (loi de 1997) ;
  • privatisation de la plupart des emplois publics et réduction des salaires des fonctionnaires ;
  • service minimum dans les « services publics essentiels » ;
  • réforme des universités
  • suppression du RMI (en 2003)
  • instauration d’un referendum d’initiative populaire…

Son oeuvre politique (rassemblement des droites) demeure.

Sa principale erreur aura donc été de vouloir rester au pouvoir trop longtemps, pour n’avoir pas su ou voulu organiser sa succession, se laissant alors rattraper par des affaires de meurs de nature à le ridiculiser. Au moins médiatiquement…

En tout cas son successeur trouvera une situation où les réformes indispensables sont déjà largement engagées.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : A la une, Monde · Tags:

6 réponses pour "Hommage au président Berlusconi !"

  1. dissident dit :

    n est il pas hai par le gros media en France parce qu il a effectivement realise le rassemblement de toute la droite italienne ?

  2. Sylvain Jutteau dit :

    Son intempérance sexuelle est avec son intempérance dépensière. Il a gaspillé des milliards de dépenses en excès sur les recettes pour se maintenir au pouvoir, majorant la dette jusqu’à l’intenable. Il se trouva donc fort dépourvu quand la bise fut venue.

    Ensuite, on peut accuse les prêteurs… Mais est-ce bien crédible ?

  3. dissident dit :

    se moquer du president Berlusconi quand on allait s appreter a voter strauss kahn ne manque pas de sel

  4. Sylvain Jutteau dit :

    @ dissident

    Voter pour ce monsieur m’a toujours paru incongru, en particulier en raison de sa contribution active aux excès de la finance.

  5. Buldax dit :

    Cet article dénote un profonde méconnaissance de notre pays voisin. Tout d’abord le RMI entendu comme Revenu Minimum d’Insertion à la française n’a jamais existé en Italie….et n’oublions pas aussi les lois ad personam…en effet un grand travail..dans l’intérêt de sa propre personne.

  6. Ori dit :

    Chers amis, Silvio Berlusconi est un grand entrepreneur, le seul parmi le G20 à avoir créer un empire, qui donne à manger à des centaines de milliers de familles, il a souhaité le pouvoir afin que celui ci reviennent aux créateurs de richesses du Nord et sur un programme de baisse des impôts entre autres, il a réussit sur certains points. La bureaucratie et la caste politique l’ a empéché d’aller au bout de ses projets, il est parti, le spread est toujours aussi important, il a été chassé du pouvoir, lui qui avait été élu par le peuple, par cette caste et elle a mis à sa place guidée par le communiste Napolitano un bureaucrate lié à Goldmann S. qui a aidé a camoufler la dette des comptes grecs afin qu’ils rentre dans l’Euro. Ce monsieur MM est toujours conseiller de cette banque. La caste politique (car elle avait peur de retourner devant les électeurs surtout la gauche de Bersani) lui a voté les pleins pouvoirs (comme à Vichy) sauf la Léga du Nord, Scilipotti e Alessandra Mussolini, qui en coup d’état s’y entend. Silvio Berlusconi a été capturé et pris en otage comme un touriste étranger par cette clique, mais n’oubliez pas il a créé un empire, il va revenir, malgré son age, (l’Italie est un pays de vieux). Ce qui va se passer est que le programme sera toujours le même : pressuriser les forces productives et notamment celles du Nord. Un signal fort alors que l’Italie est en « crise » le premier conseil des ministre a acter le projet Roma capitale  » et maintenant ils parlent de donner la nationalité aux étrangers (nous avons vu les conséquences en France). Ceci est une synthèse de ce qui se passe en Italie chez nos frères Italiens, qui n’est plus en démocratie, mais dirigée par des bureaucrates spoliateurs, « les pouvoirs forts », ceci a été dénoncé par un député Anglais au parlement Europeen, vous imaginez nous avons un Von Rompuy Président, qui n’a même été capable de diriger un gouvernement Belge. Que ceux qui critiquent Berlusconi, pour avoir eu des rapports tarifés avec des dames dont c’était le métier et qu’il payait rubis sur ongle, lui jettent la première pierre. Il n’a jamais été pris entrain de sauter une secrétaire dans les toilettes d’un restaurant, ou ailleurs d’ailleurs, je ne vise pas seulement l’autre, ce n’est pas son style. Je remercie Silvio Berlusconi, je souhaite qu’un jour nous ayont à la tête de la France un créateur d’empire cela nous changera. Mais il n’a pas réussi à bouger la caste et la bureaucratie, si lui n’a pas réussit, nous pouvons mettre la clef sous la porte et laisser notre pays à l’Afrique ils leur paieront leur retraites eux.

Laissez une réponse