Articles

Le Journal d'Alain Dumait » A la une, France » Actualité du bourrage de crânes…

Actualité du bourrage de crânes…

En ce lundi 27 mai 2013 – où j’écris ces lignes – lendemain de la nouvelle et considérable «Manif pour tous» contre la loi Taubira ouvrant le mariage civil aux couples homosexuels, j’écoute ou je regarde avec une attention particulière les commentaires des médias dominants. Et, une nouvelle fois, je suis frappé par leur aveuglement, quand ce n’est pas leur crétinisme !

Il est question d’une défaite de la droite, pour cause de division, et d’un succès de la gauche, pour avoir tenu bon, et avoir su contrôler les débordements (jusqu’à 19h45…). Nos stratégistes en studio, toujours aussi péremptoires, nous expliquent que, «comme les élections se gagnent toujours au centre», l’émergence du thème de la défense des valeurs (forcément «réactionnaires») ne peut que faire fuir les électeurs, évidemment idiots !….

Christophe Barbier, à la fois directeur de l’Express et omniprésent sur iTélé, mais aussi sur d’autres ondes, représente sans doute le meilleur exemple de ces Diafoirus de l’info. Ce sera l’Alain Duhamel de demain ! Ce matin il nous dit : «C’en est fini, depuis hier du Tea-Party à la française». Il est vrai qu’il y a juste quelques jours il nous annonçait que les primaires à Paris perdaient tout intérêt avec le retrait de la compétition de Rachida Dati, avant de nous affirmer qu’une défaite de NKM ferait perdre la droite…

L’observation des faits politiques (la mobilisation exceptionnelle du 26 mai, le nombre des inscriptions à la primaire UMP de Paris…) nous montre que ces observateurs professionnels, bien habillés, bien maquillés, sont encore équipés d’un vieux logiciel. C’est si patent qu’on peut se demander si le bourrage de crâne ne se retourne pas, sous nos yeux, contre ces hérauts du politiquement correct.

Toujours, quand la gauche est amenée à constater son propre déclin, elle s’efforce de manipuler l’opinion pour affaiblir son adversaire, la droite parlementaire dite «de gouvernement». Ses tiroirs sont pleins de bombinettes, dont les matières explosives s’appellent «modification du mode de scrutin», «droit de vote des étrangers», «taxe exceptionnelle sur les riches»…

En 2012, ce fut donc le mariage homo. Le sujet ne concernait que quelques milliers de personnes, et même peut être quelques centaines seulement. Mais c’était un marqueur. Comme la peine de mort trente ans plus tôt.

François Hollande, en bon politicard, devait savoir que le projet de loi, qui plus est défendu par une ex-indépendantiste guyanaise, mettrait la France «normale» en révolte. Qu’il y avait des risques de guerre civile, en tout cas de débats sans fin et inopportuns. Une sorte de nouvelle «affaire Dreyfus», du point de vue de la césure entre les pour et les contre au niveau de l’opinion. Et tout ça, 1. pour «embêter» l’UMP, 2. pour occulter la situation économique calamiteuse.

Pour ce qui est de l’UMP, le «coup», comme disent les journalistes politiques, est peut être bien joué. On verra d’ici peu si l’appareil entend ses troupes – accessoirement présentes sur le pavé le 26 mai – et, au-delà, le peuple de droite, hier couché et maintenant debout.

On voit bien que les vieux chefs de l’UMP ont peur. Ni Juppé, ni Raffarin ne sont à l’aise. Jusqu’à NKM qui voudrait que le mariage homo «n’interfère» pas sur les primaires à Paris !… Comme s’il revenait aux stars de dire aux électeurs-téléspectateurs ce qu’ils doivent considérer, ou non…

Compte tenu de ces circonstances, la consultation des primaires à Paris pour la désignation du chef de file UMP en vue des élections municipales de mars 2014 sera plus qu’un test, un moment de vérité.

Le taux de participation sera un premier indicateur. Les caciques parisiens tablaient sur 12 000 votants. Il y en a déjà plus de 16 000. Qu’il y en ait finalement plus de 20 000 (liste arrêtée le lundi 3 juin à 19h00) et on pourra mesurer l’influence des réseaux numériques participant activement à cette nébuleuse qu’il faut bien appeler – comme Christophe Barbier – «tea-party à la française».

Qu’il y ait un deuxième tour serait aussi inattendu que la victoire de Copé sur Fillon à la présidence de l’UMP !…

Mais, bien sûr, le nom du vainqueur sera l’essentiel. J’espère que ce ne sera pas NKM, mais plutôt JFL, c’est à dire Jean-François Legaret, le plus fidèle à la «Manif’ pour tous» des quatre élus (dont trois «parisiens) candidats à cette primaire*.

* Comment faire ?

– Soit vous êtes électeur à Paris et vous vous inscrivez dès aujourd’hui sur le site <http://www.primaireparis.fr> (paiement de 3 euros compris !…)

– Soit vous n’êtes pas vous-même électeur à Paris, mais vous pouvez faire suivre ce message à tous vos amis et relations qui le sont… C’est important !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Classé dans : A la une, France · Tags: , ,

Laissez une réponse