Articles

Le Journal d'Alain Dumait » Archive pourjuillet 2016

Un Premier ministre qui se moque des Français !

L’enquête judiciaire sur l’attentat du14 juillet à Nice avance à grands pas. Tant mieux ! Par contre, s’agissant de la nécessaire enquête administrative, le Premier Ministre fait la sourde oreille. Pire : il insulte ceux qui osent lui demander ce que faisait la police !… Il s’en tient à ce qui a été dit dès jeudi soir : 64 policiers et 42 municipaux avaient été «mobilisés». Mais comme aucun ne se trouvait où il aurait fallu qu’il soit, l’opinion est en droit de savoir avec précision où ils étaient. Ne pas le dire ouvre la voie à toutes les hypothèses, en particulier celle d’une démobilisation générale des forces de l’ordre, dès la fin du feu d’artifice, juste avant que le tueur entre sur la Promenade des Anglais. Hypothèse grave, mais étayée par le … Lire tout l'article »

Classé dans : A la une

Attentat du 14 juillet à Nice : la police en procès.

Le dispositif de sécurité mis en place pour le feu d’artifice tiré le 14 juillet, à Nice, à 22:30, sur la plage, en contrebas de la Promenade des Anglais, comportait 44 policiers municipaux et 64 fonctionnaires de la Police nationale. Christian Estrosi doute de leur mise en place Effective… Le préfet indique qu’ils étaient « en équipage », c’est à dire à l’intérieur de leurs véhicules de service. Pour faire respecter l’interdiction de la circulation dans la partie piétonnisée de la Promenade, des barrières avaient été installées et des véhicules de police empêchaient physiquement l’accès des automobilistes. Mais aucun policier ne se trouvait là, physiquement, « en faction », pour empêcher l’irruption d’une voiture ou d’un camion, contournant ce dispositif statique, en passant par le trottoir très large à cet endroit. Et pour cause ! Les syndicats … Lire tout l'article »

Classé dans : Non classé

Il doit y avoir des limites à la liberté de circulation des personnes.

Si «les Anglais» (comme disait le général de Gaulle, qui ignorait «les britanniques»…) veulent rester dans le marché unique européen, sans être membre de l’Union, tout comme les Norvégiens, ils devront non seulement payer une contribution, mais aussi accepter les quatre «libertés» qui fondent ce marché unique, à savoir : la liberté de circulation, sans droits de douanes, des marchandises ; la liberté des services, y compris des «plombiers polonais» ; la liberté de circulation des capitaux ; et la liberté de circulation des personnes.  Telles sont les conditions exposées le 29 juin à Bruxelles par le Président François Hollande. C’est évidement la liberté de circulation des personnes qui pose le plus de problèmes, et pas seulement aux électeurs britanniques !… Le droit d’aller et de venir est un droit naturel de … Lire tout l'article »

Classé dans : A la une, brexit, France, Monde