Articles

Le Journal d'Alain Dumait » Articles taggés avec"crise de l’euro"

Zone euro : un referendum, c’est bien ; la démocratie directe, c’est mieux !

Il apparait donc clairement, aujourd’hui, qu’au delà des questions financières, de la zone euro, de la crise des dettes publiques…, la question essentielle est bel et bien celle du fonctionnement de nos institutions. Aussi longtemps que les pays développés feront le choix de la démocratie («gouvernement du peuple, par le peuple») ils se doivent d’appliquer à la lettre ses principes élémentaires, à savoir que le gouvernement doit être sous le contrôle permanent du peuple, par la démocratie directe. Par le biais au recours toujours effectivement possible à un referendum d’initiative populaire. Celui-ci doit permettre 1) de censurer une loi votée (à Paris ou à Bruxelles); 2) d’obliger l’exécutif et le législatif à se saisir d’une question «oubliée» 3) de démettre de ses fonctions toute personne détentrice d’une parcelle d’autorité publique déléguée provisoirement … Lire tout l'article »

Classé dans : A la une, France, Monde

Crise de l’euro. Ce qu’il ne fallait pas faire. Ce que l’on peut encore faire.

Georges Papandreou est un politicien. Il ne pouvait plus affronter la colère populaire et ses violences. Il fallait qu’il trouve une soupape susceptible de faire baisser la pression de la rue, évidemment très hostile à la politique d’austérité. La mise sous tutelle de Bruxelles faisait déborder le vase. Même s’il perd le référendum annoncé pour janvier 2012, il restera dans le jeu, alors qu’il risquait fort, au train où allaient les choses, d’en être sorti pour longtemps. Non pas qu’il soit plus démocrate qu’un autre. Mais, connaissant ses concitoyens, il a compris que la situation était devenue intenable pour lui, politiquement. Comment peut-on se dire démocrate et considérer que la décision du Premier Ministre grec est «irresponsable» (dixit M. Estrosi, ministre de la République française, surnommé à Nice «motodidacte») ?… Comme si le fait de … Lire tout l'article »

Classé dans : A la une, France, Monde

L’histoire dira si l’Europe, le 27 octobre 2011, a gagné du temps. Ou si elle a continué à en perdre…

Il faudra attendre quelque temps pour savoir et pour comprendre les décisions prises cette nuit à Bruxelles par les leaders européens, et donc leur portée et leurs conséquences. Il semble que les principaux acteurs de ce marathon ne soient pas eux-mêmes plus au clair, au moins si on en juge par le flou des commentateurs accrédités… combien va-t-on préter à la Grèce, net de ce qui était déja prévu le 21 juillet ? C’est pas dit.. comment les banques qui ne pourront pas financer l’augmentation de leur capital par la seule incorporation de réserves vont-elles faire, sachant que leur valeur de marché leur interdit pratiquement de faire appel à lui ? La voie de la nationalisation des banques, dans des pays comme la Grèce, mais aussi l’Espagne et le Portugal, est donc ouverte. … Lire tout l'article »

Classé dans : A la une, France, Monde