Articles

Le Journal d'Alain Dumait » Articles taggés avec"Crise-économique"

Le marché libre : pour sortir de la crise financière mondiale.

La découverte la plus extraordinaire de la science économique est sans conteste possible celle de la fixation des prix sur des marchés libres. Sans experts. Sans commissaire au peuple. Tous les économistes dignes de ce nom n’ont eu ensuite, après Adam Smith, qu’à faire la démonstration, au cas par cas, de la supériorité de cette cette libre fixation par rapport à tout autre mode administré. Il faut aller en Corée du Nord pour trouver des soi-disants économistes contestant cette supériorité. Partout ailleurs on l’admet. Plus ou moins… Et on l’étend à toute la sphère économique, ou pas… C’est ainsi que la fixation autoritaire des salaires est devenue anachronique. Sauf en France. Mais beaucoup d’autres prix, pour être vrais et efficaces, doivent aussi être librement déterminés par les marchés. Exemple des taux d’intérêt. Et, à cet égard, … Lire tout l'article »

Classé dans : A la une, Monde

Discours de Toulon 2.0 (du 1er/12/2011) : Une gravité utile.

Nicolas Sarkozy fait de la crise une analyse à la fois juste et insuffisante. Nous passons en effet d’un «cycle d’endettement» à un «cycle de désendettement». Bien contraints et forcés… Il est exact que c’est la dette qui a dopé la financiarisation, largement stérile pour l’économie réelle. Mea culpa, mea maxima culpa… Plutôt que «domestiquer la finance», il faut cesser de mettre de l’alcool à bruler dans son moteur. Il a raison de nous prévenir que la crise ne fait que commencer. On notera qu’il parle maintenant d’un séisme jamais vu «depuis 75 ans»… On lui pardonnera aussi bien ses satisfecits exagérés que ses affirmations péremptoires, la plus énorme consistant à prétendre que la crise «n’a pas couté un centime aux Français». Comme s’ils n’étaient pas concernés par les 30 000 milliards de dollars d’actifs … Lire tout l'article »

Classé dans : A la une, France

La dimension morale de la crise financière

Les responsables politiques français se repassent la responsabilité de la dette publique comme ils le feraient d’une patate chaude. La vérité est qu’ils le sont tous, puisque, depuis 1973, la dette publique n’a cessé d’augmenter, croissance ou pas. Nos dirigeants se sont d’ailleurs relayés pour proclamer les bienfaits supposés de la dette ! Et encore maintenant, quand ils nous parlent de «prélèvements obligatoires» (de l’ordre de 44% du PIB), ils ne comptent pour rien l’endettement. Pour essayer de nous cacher que la dépense publique (financée à 25% par de la dette) représente 57% de ce PIB… Il serait plus simple de chercher, dans le paysage politique, les rares Cassandre qui ont crié casse cou ! Mis à part les économistes libéraux orthodoxes – emmenés par Jacques Garello et Pascal Salin – dans la mouvance … Lire tout l'article »

Classé dans : A la une, France, Monde

Les cigales et les fourmis

Le débat qui oppose actuellement les responsables politiques et économiques du monde entier concerne à la fois les finances publiques et la politique monétaire. Certains veulent davantage de rigueur, aussi bien pour assainir les finances publiques que pour réduire les facilités monétaires. D’autres sont au contraire partisans de continuer à accroître les déficits publics et à ouvrir les vannes de la création monétaire et du crédit. Dans le second camp vous trouvez la plupart des gouvernements, en tête desquels celui des Etats-Unis. Et le plus grand nombre des économistes. Dans le premier il y a quelques pays – comme le Canada, l’Australie, la Pologne, l’Allemagne et certains pays émergents. Très peu d’économistes. La position de la France se situe entre celle de l’Allemagne et des Etats-Unis, penchant plutôt vers les seconds. Quand on interroge les … Lire tout l'article »

Classé dans : A la une, budget de l'Etat, France, Monde

Réflexions après G20

Réflexions après G20

Le communiqué final du G20 (voir infra) commence par des considérations qui, pour être générales, n’en sont pas moins très discutables. À la fin du 2e paragraphe : « Une crise mondiale exige une solution mondiale ». Que la crise soit mondiale, c’est un fait. Mais qu’elle exige une solution mondiale, c’est moins sûr… Son déclenchement a bien été unilatéral. Pourquoi sa solution ne le serait pas ? Cette dissymétrie, qui essaye de nous vendre l’utopie d’un gouvernement … Lire tout l'article »

Classé dans : Monde